La révélation des pyramides (5) – Poopoo jouait du pipeau, Grigri était aigri

•30 août, 2016 • Laisser un commentaire

POOPOO JOUAIT DU PIPEAU, GRIGRI ETAIT AIGRI

Duris pipeau

 

La Révélation Des Pyramides traîne toujours son public, des vidéos ou des textes déconstruisant un peu plus la théorie farfelue de Grimault, ou à l’inverse des campagnes de promotion de cette réécriture abusive de l’histoire et de la science continuent ici ou là sur le net.
L’occasion de reprendre le dossier, d’y alourdir un peu plus certaines charges, mais surtout de couvrir des aspects qui n’ont pas encore été assez traités.

58e28e7ca5e7cdc958d7859612e16239

 

Le constat est là, même s’ils ne sont que quelques milliers (n’en déplaisent aux soi-disant millions de vus sur YouTube, pour beaucoup des personnes qui n’auront pas regardé LRDP en entier ou, soudain touchés par la grâce l’auront vu 10 fois), les afficionados de LRDP sont toujours là, et le film ainsi que les élucubrations de Grimault continuent à être relayés.
Pourquoi ?

La raison est évidente : si LRDP a du succès, ce n’est pas l’oeuvre de Grigri, mais bien de son acolyte, Patrice Pooyard/Pouillard et de ses capacités en tant que réalisateur. Il est celui qui fait avaler la pilule au public, malgré son goût infect quand on prend le temps d’en vérifier le contenu.
Est-ce une question de talent ? Probablement pas. C’est une question de trucs et astuces. Un coup de chapeau magique, le Gérard Majax de la mise en scène, le David Copperfield du bidouillage visuel.

LRDP fonctionne parce que Pooyard applique ce que Jean-Luc Godard ou encore Edgar Morin ont pu signaler : qu’armé d’une caméra, fiction et documentaire ne sont qu’un. Parce que la caméra ment…

« Le cinéma de fiction est dans son principe beaucoup moins illusoire, et beaucoup moins menteur que le cinéma dit documentaire, parce que l’auteur et le spectateur savent qu’il est fiction, c’est-à-dire qu’il porte sa vérité dans son imaginaire. Par contre, le cinéma documentaire camoufle sa fiction et son imaginaire derrière l’image reflet du réel. »
– Edgar Morin

Patrice Pooyard filme, monte, réalise une fiction. Il est un joueur de pipeau, il fait office d’agent commercial pour les services de La Nouvelle Atlantide.

 

Dans la société actuelle, nous sommes tous confrontés, quotidiennement, sur un écran de télé, sur internet ou en marchant dans la rue, à l’image.
Cependant, la majorité d’entre nous n’a jamais appris à déconstruire l’image, à voir au-delà de celle-ci, à comprendre les trucs qui font que la publicité fonctionne, que nous nous laissons manipuler par les médias ou tout simplement que nous prenons plaisir à nous divertir devant un film.

Une image bouge. Son axe, sa forme, le choix de ses couleurs, ce qui l’accompagne (texte, aspect visuel ou narration), tout cela participe d’un message, d’une mise en scène, d’une manipulation potentielle en fonction du message qui doit passer, en fonction de ce que le public doit savoir ou ignorer, de ce que nous devons désirer ou de ce qu’il nous faut croire.

A cela s’ajoute, pour un film, sa narration. Je renvois les plus curieux et les plus connaisseurs au livre « Hitchcock/Truffaut », aux réflexions de John Truby, Robert McKee ou encore Yves Lavandier.
Construire un film, c’est façonner un mensonge dans lequel le spectateur se laisse volontairement prendre.

« La pensée est limitée, mais l’image absolue. »
– Andrei Tarkovski, Le temps scellé

Il y  a néanmoins une différence entre présenter ce film comme une fiction, ou en faire un documentaire, et affirmer dans ce qui le suit et ce qui le précède que ce documentaire est parole d’évangile, vérité absolue, parce que son apôtre a été touché par la parole des Anciens (astronautes ? aliens ? atlantes ? Nul ne le sait sauf lui !).

film-andrei-roublev5-1

 

1 – L’image

Avant toute chose, un petit résumé s’impose, couplé d’exemples de ce que le cinéma montre, et comment il le montre.

Peu de réalisateurs ont manié leur caméra avec autant d’attention qu’Eisenstein, Hitchcock, Kubrick, Leone ou encore Tarkovski.
Prenez Le cuirassé Potemkine (Sergei Eisenstein) : chaque mouvement, chaque axe, chaque plan est calculé au millimètre pour suivre les mouvements, pour tenir le spectateur à distance ou au contraire l’embarquer parmi les protagonistes à l’écran. La fixité du film dans ses premières minutes est violemment mise à mal avec les scènes de répression, la marche militaire aveugle, la fuite, les escaliers ou encore le landau perdu. Les axes façonnent le film, accompagnés par l’orchestre (le film étant muet) pour éveiller les ressentis du public.
Une des règles récurrentes du cinéma veut que le mouvement droite-gauche soit négatif, ou encore qu’un personnage filmé de face de façon continue renvoie à l’idée de son passé, alors que le voir de dos et suivre avec la caméra son mouvement vers l’avant nous conduit vers une étape suivante, vers le futur. Stanley Kubrick, avec Shining a probablement été parmi les meilleurs pour suivre ces codes. En particulier les scènes de vélo de Danny à travers l’hôtel. Plus encore, l’unique scène du film où le mouvement va enfin vers la droite, et non l’inverse : la scène finale en voiture.
Le Western et son contexte historique jouent de l’effet contraire. Un mouvement vers la gauche suppose un mouvement vers l’ouest, vers cette fameuse conquête de l’ouest et des grands espaces. Donc le code, pour ce type de film, se trouve subitement inversé. Cf Sergio Leone.
Ces codes de mouvements, et bien d’autres, se retrouvent par ailleurs en Bande Dessinée. Choix de couleurs, choix de mouvement, sauts narratifs, etc.

Ces choix ont une incidence directe sur le message colporté par le film, sur les ressentis du spectateur, sur la sensation transmise visuellement.

Avec LRDP, le choix d’accentuer les couleurs bleu et jaune renvoie déjà de façon marquée à la Science Fiction. De la même façon que le rouge-orangée renvoie vers l’action (Hunger Games ou Batman par exemple), le blanc avec un grand champ libre à la comédie, etc.

La teinte générale plutôt sombre, en particulier lors des démonstrations douteuses du président de La Nouvelle Atlantide (ou du moins de ses mains), le tout accompagné de l’idée d’une vérité cachée ou secrète, tout cela renforce la méfiance, un côté oppressif, un côté intimiste aussi. L’idée d’être dans un cercle restreint de personnes ayant accès à une nouvelle vérité. Mieux, l’ayant comprise !

Shining-Danny

 

2 – Le son

Le cuirassé Potemkine que j’évoquais plus haut en est un parfait exemple. Autrement, un bon nombre de films d’horreurs, ou les frémissements qui nous parcourent aux premières notes de John Williams sur l’ouverture d’un épisode de Star Wars. La musique fait partie de la manipulation.

Dans le cas de LRDP, le rythme soutenu entre l’image et le son, les sautes accélérant le rythme aussi bien pour présenter des lieux, que pour soi-disant porter le raisonnement (particulièrement dans la seconde partie de LRDP), le tout porté par des sons sourds, tout cela contribue à créer de la tension, une inquiétude ou un besoin d’arriver encore plus vite à la conclusion (au détriment du raisonnement).

L’utilisation de sons graves et répétés est une technique bien connue, on la trouve dans de nombreux films (la marche impériale fonctionne en grande partie là-dessus), aussi bien que dans des jeux vidéos (Mass Effect pour ne citer que celui-ci). On la retrouve également comme moyen utilisé pour galvaniser les foules, notamment lors des rencontres dans les stades dans les années 1930, plus particulièrement par les partis fascistes : bruits sourds et répétitifs diffusés à faible volume. Ca aide à souder le public, à le maintenir focalisé, quitte à ignorer ce qu’il y a autour.

592778

 

3  – Le rythme

Les GriPoo versent régulièrement des larmes sur la durée de leur film : près du tiers serait passé à la trappe pour cause de format !

Quoi qu’il en soit, il est indéniable que le rythme est soutenu, ne cesse de passer d’un élément à un autre, sans véritablement laisser au spectateur le temps de respirer. Ca, pour être dynamique, ça l’est !

Bizarrement, respirer, dans un film, ça sert aussi à prendre de la distance, et à réfléchir.
Et LRDP joue au maximum la carte d’un rythme continu, soutenu par des images sautant au son des percussions, et nous conduit par la main, rythme et narration combinée, vers sa conclusion. En évitant donc à son spectateur de trop regarder autour ou de remettre en cause ses informations, déductions, croyances et certitudes.
De ce côté-là, le travail de Pooyard fonctionne très bien, bien mieux que dans un documenteur à tendance sectaire comme Que sait-on vraiment de la réalité !?

ob_6bf804_newwhatthebleep

Remarquez les similitudes d’aspect (couleur, chevauchement des lignes, symboles mathématiques à foison) avec LRDP…

 

4 – Les coupures

Voilà probablement l’un des points majeurs qui font que LRDP touche un certain public, et renonce définitivement à être un vrai documentaire.
L’interruption de certaines interviews et la façon dont la voix off de la narratrice se charge des raccords.

Dans le genre, William Karel avec Opération lune a fait un travail magistral. En coupant les phrases des personnes interrogées, en indiquant via la voix off le nom d’une personne quand l’interviewé se contente d’un « il », Karel truque son film et se joue de son spectateur, pour le plus grand bonheur de celui-ci. Mais Karel est honnête, puisqu’il nous dit à la fin que son film est un faux, et sa théorie une blague.

Couper des scènes est un procédé classique, qui permet de donner une information incomplète au spectateur. Dans une fiction, cela peut faire des merveilles comme avec Une séparation d’Asghar Farhadi. Contre-exemple parfait, puisqu’en plus de laisser des scènes incomplètes, Farhadi, au contraire de Pooyard, laisse le champ libre à son spectateur pour émettre des suppositions, faisant d’autant plus grandir la tension en laissant sa liberté au public (et c’est ce qui fait du bonhomme un génie de la caméra).

Dans le cas d’une interview, au contraire, cela permet de mettre à la poubelle des dizaines de minutes pour ne garder que quelques secondes qui vont dans le sens du réalisateur. Faire mentir la personne interviewée avec ses propres mots, et l’aide de la voix off. Procédé utilisé chez Karel pour rendre sa plaisanterie d’autant plus savoureuse. Mais aussi, une fois de plus, dans un film comme Que sait-on vraiment de la réalité !?

« Quand tout n’est pas dit, on peut réfléchir et deviner encore par soi-même. Les conclusions ne doivent pas être livrées toutes faites au spectateur, sans qu’il ait un effort à fournir. »

– Andrei Tarkovski, Le temps scellé

Stalker

 

5 – L’information occultée

Alors là… Là !… Là, LRDP s’en barbouille à coeur joie, se prélasse dans une mélasse de rétention d’information et de manipulation à outrance.

Que sait-on vraiment de la réalité !? sert d’exemple parfait, une fois de plus, quand Judy Zebra Knight n’est jamais présentée pour ce qu’elle est : la cheftaine d’un groupuscule qui se prend pour un guerrier lémurien opposé aux atlantes (ce qui ne devrait pas plaire à Grigri – « Les Atlantes sont nos amis, il faut les aimer aussi… »).

Pour LRDP, c’est Grimault le premier, qui ne figure pas directement comme Jacques Grimault, directeur de La Nouvelle Atlantide, détenteur du savoir des anciens, et j’en passe, et se contente d’une brève mention au générique (l’idée étant que, si le docu vous a plu ou intrigué, vous alliez vous-même chercher qui est Grimault, la diffusion par internet étant en grande partie là pour ça). De la même façon que ses théories sur les architectures françaises de la fin du Moyen Age jusqu’à l’époque moderne ne sont pas évoquées, ou sa présence régulière aux repas ufologiques. Allons, un peu de sérieux !

Mais loin de se limiter à cet exemple, on peut y ajouter Christopher Dunn, qui n’est à aucun moment crédité comme un théoricien de la présence extra-terrestre.

Dans un autre genre, de nombreux intervenants sont présents pour répondre à des questions qui ne sont pas de leur domaine. Parmi les plus flagrants, Erik Gonthier dont on peut entendre à quel point l’interview est orientée par Grimault en personne.
Ailleurs, c’est Chris Wise, ingénieur contemporain, qui est questionné sur les pyramides. Or les pyramides ne sont pas construites avec des moyens modernes, elles ne sont pas faites à partir de matériaux communément utilisés aujourd’hui dans les constructions contemporaines et elles appartiennent à une époque distante de 45 siècles. Bref, tout cela est un peu loin des spécialisations de Wise.

Dans cette équipée de joyeux drilles (déjà évoquée dans mes articles précédents), on trouve d’autres rigolos se prenant pour des shamans ou appartenant à des domaines dont l’Egypte antique semble sacrément éloignée.

Le film nous donne donc une information incomplète, volontairement truquée ou limitée dans le but de duper son spectateur, de le fasciner un peu plus et limite ses sources d’information afin d’éviter toute contradiction. Méthode que l’on retrouve à l’écran aussi bien que dans des livres comme je l’évoquais au sujet de France Orange Mécanique de Laurent Obertone.

1.-Simin-and-Nader

 

LRDP assène donc une vision unilatérale, celle de Grimault, copiée sur d’autres (lui ne se contente que de l’assembler à sa façon et, fondamentalement, n’apporte aucun élément nouveau – au mieux son puzzle manipulateur est-il un brin novateur).
Grâce à Pooyard et à ses jeux entre les plans, avec le fond sonore, la voix off de sa femme ou encore l’oubli (volontaire) de données, LRDP se donne bonne conscience et prétend un bref instant à être véridique (d’aucuns se risqueraient à dire « scientifique » – belle blague).

« Le spectateur n’est pas toujours responsable de son propre mauvais goût. »

– Andrei Tarkovski, Le temps scellé

AlfredHitchcockPresents2

D’où la question suivante, histoire de boucler le tour du propriétaire : Qui est Patrice Pouillard ?

J’ai déjà évoqué le bonhomme dans mon second article consacré à LRDP. Outre un clip avec des petits aliens il y a une bonne dizaine d’années, on le retrouve mentionné sur des sites avides de paranormal ici ou là. Rien de très intéressant.
Là où il devient beaucoup plus intéressant, c’est dans son rôle de réalisateur, dans sa gestion du phénomène LRDP.

Les GriPoo ont assez versé de larmes sur les sous qu’on leur avait volé avec une diffusion abusive (qui en tout cas leur rend sacrément service pour la promotion du film), sur leurs procès, et sur ce rustre de producteur qu’est Gollum. Gollum, alias Olivier Krasker-Rosen.

Alors, petite mise au point sur notre trio Grimault / Pooyard / Krasker-Rosen…
Les premiers qui souhaitent faire des sous avec LRDP, ce sont les distributeurs et les producteurs. Donc, l’un des plus gros perdant dans cette diffusion sur internet de LRDP, c’est Krasker-Rosen.
Pour rappel, lors de la cérémonie des Oscars (et contrairement à celle des César), lorsque le prix du meilleur film est attribué, ce n’est pas le nom du réalisateur qui est le premier nom à apparaître, mais celui du producteur. D’un point de vue économique, la personne qui possède le film est le producteur.

Après, et seulement après vient Patrice Pooyard. Qui pour le coup est lui aussi perdant, dans une certaine mesure.
Jacques Grimault, en tant que scénariste, a logiquement dû être payé pour ses services. Que le film soit ou non distribué en salles, qu’il soit ou non diffusé à la télévision, qu’il se vende ou non au format DVD, Grigri ne touchera pas un centime de mieux.
Mais, inversement, si Grigri est le premier à se plaindre et à larmoyer, c’est que LRDP est son instrument publicitaire pour orienter le public intéressé (et prêt à ouvrir le porte-monnaie, cela va de soi) auprès de LNA. Bref, le fan-service c’est Grigri qui assure et LNA qui encaisse (donc, adios Krasker-Rosen).

946175_462570820599885_3256255901327210214_n

Dans le but probablement de mieux rentabiliser un prochain film, Pooyard a d’abord tenté d’aller plus loin avec « Humains », financé par les internautes. Cela a été un échec.
La raison en est bien simple, elle est double. Avant tout, parce que les internautes qui suivent l’actualité de Pooyard suivent d’abord Grimault. Et ce qu’ils veulent, c’est LRDP 2. Pas autre chose. Ils veulent prolonger leur fantasme, aller plus loin dans l’idée d’une connaissance cachée, doublée d’un risque apocalyptique de fin du monde ou de désastre planétaire (les films catastrophes, ça fait vendre). Ils ne veulent pas d’un sujet différent.
La seconde raison, c’est justement que, voulant Grimault et sa vision complotiste, ses théories alternatives et en prime soucoupes volantes et Atlantide, ils n’étaient pas prêts à suivre le réalisateur sans son maître à penser…

Echec donc pour « Humains ». Qu’à cela ne tienne, limité dans ses moyens, Pooyard s’est restreint dans une entreprise familiale : Awayan Films.
Capital social ? Internet nous dit 100€.
Il n’y a pas franchement besoin de plus pour filmer « Gizeh 2005 » qui se contente d’être un larmoiement de Grigri sur près de 1h40. Grigri attaqué, Grigri humilié, Grigri rabaissé, mais Grigri libéré !
Production réduite au strict minimum, le tout accompagné à la vente par un livre signé Grimault, avec en prime la possibilité de faire des dons anonymes et au montant inconnu sur le site d’Awayan (via le système BluePaid), et une campagne promotionnelle passant notamment par le site de diffusions de vidéos de Dieudonné M’Bala M’Bala en personne.
Etrangement, ni Grimault ni Pooyard ne sont venus larmoyer devant cette diffusion gratuite…
Rentabilité ? Vous avez dit « rentabilité » ?

Encore une fois, dans le cas de LRDP comme dans celui de « Gizeh 2005 », Grimault ne perd pas un seul centime, par YouTube ou Quenel+. Il est scénariste ! Il est interviewé ! Ni producteur, ni distributeur, ni réalisateur.
Et clairement, dans le cas de « Gizeh 2005 », le seul public un tant soit peu intéressé et ciblé se limite au fanclub déjà ferré avec l’hameçon LRDP – soit environ 2000 personnes (les mêmes, que l’on retrouve à financer la suite – Cf ci-dessous). Ceux prêts à acheter le livre et le DVD « Gizeh 2005 » sont  moins nombreux (500 ? 1000 ? Les exemplaires en trop ont été envoyés aux plus généreux, rassurez-vous).
En somme, la production coûte peu, et elle rapporte un peu. Affaire classée : elle suffit surtout à entretenir l’attrait des fans, et permet à Grimault de s’exprimer (et ça, il en raffole).

maxresdefault

 

Pour conclure, depuis LRDP, il ne s’est rien passé côté information.
Quelques interviews où Grigri (ou Poopoo, il en a fait quelques-unes, assez rares) répète inlassablement les mêmes éléments et n’apporte rien de neuf (c’est dommage : rappelons-le, la fin des temps nous menace ! Et il est le seul à avoir tout compris, à tout savoir, mais il ne veut pas le dire… c’est triste tout de même).
Quant au public qui attend l’opus suivant de LRDP un peu trop, il est tombé dans le panneau, a financé une suite via Ulule. Pour un peu moins de 113 000 € dans un premier temps (2342 contributeurs), et 6 mois plus tard, alors que le public n’a rien vu de ce qu’il a financé (376 % des 30 000 € requis ! Copacabana !!!), nouvelle collecte de près de 80 000 € (1863 contributeurs – là encore pour 30 000 € requis).
Bref, les GriPoo ont récupéré 192 270 €, avec 42 € de dons en moyenne (dans les deux cas), dont Ulule garde 8 % environ (autour de 15 000 € ici).  Forcément, une partie de la somme sert à financer les contreparties (combien ?). Reste le pactole de grosso-modo 170 000 € (et encore, peu probable que les goodies coûtent plus de 5 000 €).

Note positive pour la fin : sans avoir vu la couleur de leur contribution, notez la chute de plus de 20% du nombre de contributeurs.
Comme quoi, à frustrer son public qui n’est toujours pas fixé sur l’origine des bâtisseurs (Atlantes, Aliens ? façon Stragate ou Battlestar Galactica ?), et à le frustrer avec ses dépenses dont il ne voit pas le résultat, eh bien on le perd…

hitchcock

Une prise en passant (198)

•16 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

P1100014

Oaxaca, Mexique, 6 décembre 2011

Une prise en passant (197)

•14 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

Angkor, Cambodge, 5 février 2014

Une prise en passant (196)

•7 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

Paris, France, 22 juin 2011

Une prise en passant (195)

•6 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

Mexico, Mexique, 31 janvier 2015

Une prise en passant (194)

•5 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

Rizhao, Chine, 22 juin 2014

Une prise en passant (193)

•3 janvier, 2016 • Laisser un commentaire

Rizhao, Chine, 22 juin 2014

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.