Criminologie, Acte un

Ca y est, c’est parti ! Premier cours de Criminologie avec au programme la police technique et scientifique : marche à suivre sur une scène de crime, relevés divers et variés et étude des empreintes digitales pour parachever le tout. Alors voilà, pour changer un peu, je vais vous parler de moi et je vais tenter de satisfaire votre curiosité malsaine.

Nous sommes un peu plus d’une centaine ce matin à nous presser à l’Institut en Criminologie pour assister au cours. Tout ça démarre bien tranquillement, par un speech de bienvenue du directeur, Laurent Montet. Première présentation, introduction à la Criminologie d’un point de vue historique – une vingtaine de minutes y suffit -, visite du recteur d’une université congolaise (décidément !) qui vient nous présenter en coup de vent et avec beaucoup d’humour sa filière officielle (contrairement à la France) de Criminologie au cas où nous serions intéressés par un Master voire un Doctorat futur dans le pays de l’été éternel.

Et puis place aux choses sérieuses : en avant pour l’étude du protocole d’intervention, l’évolution des intervenants sur les lieux à expertiser, les relevés à faire et la façon dont on procède (sur place et en labo) à l’aide de liquides, de cyanoacrylate (dérivé du cyanure comme son nom l’indique), de poudre, d’écouvillon (le gros coton-tige), d’appareils lumineux aux noms barbares (Crimescope et Crime-Lite) et j’en passe.

Un petit tour du côté des empreintes digitales pour parachever tout ça : points distinctifs tels que les deltas, les coupures, les divisions, les anneaux et les îlots… Forcément, une petite explication du système informatisé des empreintes digitales s’impose. On y apprend que même si la machine fait le gros du boulot, le regard humain reste fondamental et qu’il y a des petits gars qui sont payés pour passer leurs journées devant des écrans d’ordinateur à comparer les courbes et les sillons de traces de doigts.

Bon, et le sang dans tout ça me direz-vous ? Eh bien nous avons fini là-dessus. Entre les différents types de traces de sang : les traces passives (c’est-à-dire le sang qui s’écoule – quand le type finit de perdre ses 6-7 litres si vous préférez mais qu’il ne bouge plus. Ou alors quand ça s’égoutte), celles projetées (quand il y a des projections, ou lorsque vous enfoncez un clou dans la carotide de quelqu’un par exemple), enfin, les transferts (si vous avez les mains pleines de sang et que vous posez vos mains partout, c’est ça le transfert).

Et, cerise sur le gâteau, outre le QCM, un cas concret, avec un type qui n’avait rien trouvé de mieux à faire que d’être hémophile, de se blesser et de se débrouiller ensuite pour courir partout dans son appart’, chercher à nettoyer en même temps les traces (et quand je parle de traces, ça se comptait plutôt en litres qu’en gouttes), et qui a finit par y rester. Croyez-moi, avant de piger ce qu’il s’était passé, on a mis un certain temps.

Toujours est-il, je finis la journée avec une certitude en plus. La première certitude que m’a donné la Crimino a été de savoir que je pourrai fuir Paris, trouver du temps pour écrire et, je l’espère, être éditer d’ici deux ans. La seconde, celle qui m’a été donnée aujourd’hui, par l’intermédiaire d’une réussite au fameux QCM et d’un intérêt prononcé confirmé, c’est celle-ci : la Crimino est faite pour moi. Je reste !

… Bon, c’est pas tout ça, mais toutes ces effusions, ça m’a donné faim.

NB : Le premier qui m’appelle « Derrick », il s’en prend une !

Publicités

~ par Zegatt sur 20 janvier, 2008.

5 Réponses to “Criminologie, Acte un”

  1. Wow, ça a l’air de t’avoir plu !
    Contente que tu t’y sentes bien… En attendant, ça a l’air passionnant… Te lire ce matin m’a remis direct dans ma partie de JDR de vendredi : on a joué à COPS ^^ Alors l’étude de scène de crime, on fait souvent, virtuellement hein !

  2. Mais qu’est-ce que tu grattes… Un peu de concision ! AH, ah ! Ou je ne sais pas, moi ? Garde toute cette belle énergie pour la littérature !
    Nann je plaisante… Mais il est assez difficile de suivre toute cette belle bloguerie.

    / Je suis content que cette belle passion se confirme !

  3. Domaine très intéressant où il y a source à l’écriture. Je suppose que tu t’en serviras.
    Un compte-rendu pour une approche serait le bienvenu ;o)

  4. Light, Déserts >> Ca ne pouvait que me plaire. Vous connaissez assez mes penchants parfois étranges et/ou glauques.
    Yasmine >> J’aurais bien voulu être plus précis, mais ne sachant pas jusqu’à quel point je peux transmettre les informations qui me sont données (même si cela reste assez basique cette année), je préfère régler ça par e-mail (tu devrais l’avoir, n’hésite pas).

  5. Je suis également en 1ère année, mais par correspondance. On peut communiquer ensemble si tu le souhaites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :