Un peu de musique (2) – Louis

M6, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ne fait pas uniquement de la promo pour la Nouvelle Star à longueur de journée. Il arrive – et la chose est rare, unique peut-être ! – qu’un soir, à une heure improbable comme j’aime les fréquenter, la chaîne fasse de la promo pour des artistes inconnus. C’était le cas, ce soir de la fin 2006 lorsque je suis tombé par le plus grand des hasards sur un reportage-promo sur Louis et sur son dernier album d’alors, La nuit m’attend.

L’effet est immédiat : Louis a un charisme impressionant, une belle voix, un petit côté ténébreux, une belle gueule en prime et surtout, un sens du texte et du rythme à imprégner autour de celui-ci pour composer de sacrés chansons. Ni une ni deux, j’allais voir ce phénomène en concert. Et il se trouve qu’hier, rebelotte, lors d’une soirée privée de promo du futur album – Les enfants du siècle – pour laquelle j’ai eu la chance de gagner des invitations (comme quoi, un compte MySpace, ça peut servir à quelque chose).

Bilan du personnage : avec deux albums déjà existants (D’apparence en apparence & La nuit m’attend) et ce troisième opus à venir sous peu, Louis ne cesse de confirmer son talent musical (en particulier avec le second album – le troisième s’annonçant hélas un brin trop électro) qui joue entre Bowie et Gainsbourg, avec des accents classieux à la Leonard Cohen par instants. Côté texte, l’influence de Rimbaud est très marquée, revendiquée même, avec un peu de Lautréamont et de Nietzsche pour couronner le tout (La chanson « Dieu est mort » à laquelle nous avons eu droit en avant-première hier était pour le moins efficace).

Et si ses albums sont agréables, rien ne vaut le déplacement pour le voir sur scène où il se donne à fond, jouant magistralement de son aura et offrant une prestation impressionante en sus de cela. Le corps vibre au son des claviers et des guitares, il attrape un harmonica ou une trompette et s’en donne soudain à coeur joie et avec brio. Et toujours ces textes, tantôt évoqués d’une voix suave, tantôt sur un ton plus entraînant. On y retrouve l’atmosphère nocturne et étouffante de la ville, une touche de sensualité laissant parfois place avec subjectivité à un brin d’érotisme, des références sous-jacentes à la littérature romantique et j’en passe.

Certains trouveront Louis trop naïf, ou reprocheront à ses textes de manquer de clarté. Soit. Mais c’est justement là la pointe de suggestion qui laisse la place à l’interprétation et aux dérives nocturnes du cerveau (« Opium, fumée de rêve » ne manque pas de l’affirmer). Un grand chanteur français, selon toute évidence en phase ascendante, c’est du moins tout ce qu’on lui souhaite !

Pour avoir un aperçu musical de Louis et de son dernier album :  http://www.myspace.com/louiscom  

Et pour une autre version des soirées en question (mais une éloge unanime) ainsi qu’un très bel aperçu visuel des concerts de Louis (Cf : deuxième photo, faite par Rod lors du concert de novembre 2006 – http://www.le-hiboo.com/) :

1er concert (novembre 2006) : http://www.le-hiboo.com/concerts/louis-loane-au-reservoir-club/

2ème concert (janvier 2008) : http://www.le-hiboo.com/concerts/concert-prive-louis-au-reservoir-club/

Publicités

~ par Zegatt sur 22 janvier, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :