Victimologie du web, acte I, scène 1

Ca y est, c’est arrivé ; me  voilà victime de mon premier tag que je dois à Light. Je me plie donc au règles, à ceci près que je me refuse à faire de la publicité pour son site. Elle subira bien assez tôt mon inventaire des pérégrinations internet…

Le règlement

1. Mettre le lien de la personne qui nous a taggé (Han comment c’est de la pub bassement facile !)

2. Mettre le règlement du tag sur le blog (‘a y est !)

3. Mentionner six choses, habitudes ou tics sans importance sur nous-même

4. Tagger six personnes à la fin de notre billet en indiquant les liens de leurs blogs

5. Avertir directement les personnes taggées sur leurs blogs

1) Je me parle seul, de façon schizophrénique, afin de mettre en scène mes dialogues pour mes scénars/écrits divers.

2) Je n’ai plus fait de cauchemars (ou presque) depuis que j’ai admis qu’un rêve, quel qu’il soit, pouvait être une source d’inspiration potentielle et que plus étrange/délirant/glauque il était, plus les éléments qu’il contenait pouvaient être recyclés. A ce sujet, je rêve à nouveau de meurtres, chose qui ne s’était plus produite depuis 2 ans (soit ma dernière phase productive en termes de création).

3) Le maté (thé argentin) me fait office de drogue. J’en bois régulièrement (deux fois par semaine en moyenne), parfois jusqu’à 1 litre 1/2 par jour.

4) Je tiens une liste des bouquins que je lis et des films que je vois, ainsi qu’un rythme d' »astreinte culturelle » : un minimum de 110 films par an (soit 2 par semaine environ – 142 pour l’année 2006/2007) et de 60 bouquins (88 pour l’année passée). Parti comme je le suis, je risque de faire pire cette année (mais mes lectures sont plus courtes).

5) En complément de ça, je griffone sur mes bouquins pour relever les citations potentielles et elles sont retranscrites sous Word – depuis un an et demi, sans compter celles relevées sur des carnets par le passé qui se sont ajoutées en partie -.

6) Plutôt que de me définir en fonction de courant de pensée, je préfère me définir en fonction d’hommes. Les hommes sont faillibles, les hommes ont cette humanité et le doute dont les systèmes, les institutions et autres idéologies se sont débarassées. Les hommes pensent aussi bien politique, qu’art, philosophie ou façon de vivre. J’aime Camus, Brel, Nietzsche, Guevara, Blake, Oz,, Mendès France, Sting, Grimaud ou encore Welles.

Bon, je suis censé tagger des gens… Franchement, je ne sais pas à qui proposer ce petit questionnaire, aussi avis aux volontaires ! Signalez-vous juste par un message en réponse à ce post si vous le faites.

…Et bonne journée !

Publicités

~ par Zegatt sur 13 février, 2008.

3 Réponses to “Victimologie du web, acte I, scène 1”

  1. 1 / T’évite de me tagger, tu sais que je ne joue pas à ça.

    2/ J’adhère à ton 6e point, et pour rejoindre mon grand-père qui était un fin philosophe : « Je vous emmerde » 😀

  2. Roh, Déserts ! Un peu plus et tu passerais pour un rabat-joie aux vues de ta première remarque.
    Tss… ^^

  3. Bon, eh bien vu qu’elle ne s’est pas dénoncée, je m’en charge : Camille s’est prêtée au jeu du tag. Comme pour Light et son petit coin de banquise, le LJ de Cam’ est accessible depuis le « Blogroll » à droite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :