Criminologie, ça continue

La semaine qui se termine d’ici quelques heures aura été pleine de découvertes, bonnes ou mauvaises. D’abord une première confrontation avec des cadavres, en fac de médecine, lors d’une dissection. Rien d’horrible a proprement parler. L’odeur de formol, en effet, qui finit par prendre à la gorge. Mais à part ça…

Et puis j’ai eu la chance de tomber sur un type génial, qui nous a raconté (à ses étudiants et à moi) plein d’histoires plus ou moins charmantes  mais toujours drôles de pratiques sexuelles assez délirantes. Sans compter qu’une de ses premières remarques à mon égard aura été « Vous faites de la Criminologie ? Vous savez comment tuer quelqu’un sans laisser de traces ? », et de me donner trois idées loufoques et réalisables (qui finiront sûrement dans un scénario un jour).

Et il y a eu ce week-end : la Médecine Légale. 15-16h de théorie et de cas pratiques, photos à l’appui. Des choses plus ou moins regardables. Le choc est parfois visuel, parfois, il est moral, quand on prend la mesure de ce qu’il s’est passé, de ce que les gens ont pu, ou plutôt osé réalisé (je réalise d’ailleurs que la question du pouvoir/oser se retrouve chez William Blake dans ses Chants de l’Expérience : « What (…) could frame ? » / « What (…) dare frame ? » – on ne s’étonnera pas après que Thomas Harris, inventeur d’Hannibal Lecter, cite Blake).

Mais le choc le plus lourd, dans les deux cas, n’est pas tant la confrontation. C’est le contre-coup. Réaliser soudain que derrière ces corps, derrière ces photos, il y a des personnes. On le réalise, oui. Et puis ça passe, comme tout. Et on se dit alors que, même si c’est ignoble, la capacité d’adaptation de l’être humain est encore une de ses plus grandes chances.

Publicités

~ par Zegatt sur 24 février, 2008.

2 Réponses to “Criminologie, ça continue”

  1. J’attendais avec impatience le compte rendu du deuxième week-end telle une midinette attendant la publication de son roman photo mensuel …
    Je suis également inscrite à ces cours mais j’avoue humblement que je saurais commenter ces journées avec autant de justesse, de finesse et d’humour !!!
    Si tu es édité un jour … j’achète !
    En plus, on se permet de citer Blake : voilà qui flatte l’angliciste que je suis !
    En un mot : BRAVO !

  2. Anne, peut-être est-ce que je flatte l’angliciste que tu es, mais de ton côté tu flattes le pseudo-chroniqueur que je suis ; merci beaucoup !
    Quant à Blake et le meurtre, c’est un classique : Denis Duclos (qui n’a rien compris à Blake d’ailleurs), Thomas Harris (Dragon rouge) et Albert Camus (dans L’Homme révolté dont le thème est justement… le meurtre).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :