Apologie de la Déraison (1)

– Spéculer sur la pensée d’un autre est un exercice périlleux. Et ô combien dangereux celui d’affirmer la spéculation comme vraie, car elle autorise alors l’autre à agir selon ce qu’on lui attribue – qui souvent dépasse sa propre réalité.

– Le philosophe, le penseur ou le sage, s’ils sont honnêtes dans leur réflexion, qu’ils se satisfassent de contempler le monde ou qu’ils décident d’agir, entrent nécessairement dans un rapport conflictuel avec ce qui les entourent.

Deux solutions s’offrent alors à eux ; ou bien supprimer le conflit – mails ils s’aperçoivent hélas rapidement que cette démarche, bien que saine, est irréalisable -, ou bien supprimer le rapport.

D’où l’érémitisme philosophique dont la plupart se sauvent par la folie. Nietzsche avait raison.

– Qui s’étonnera des origines grecques de Cléopâtre quand on sait quelle fût sa fin ? Voilà une femme qui avait le sens de la tragédie ! comme tout Grec qui se respecte.

Et c’est justement ce qui est intéressant dans le théâtre grec ; pas tant le final, qui est connu du public, mais le cheminement. La vérité est atteinte, mais le public ignore comment jusqu’à ce qu’il admire le jeu de l’histoire sur son estrade.

Pauvre de nous qui n’en avons retenu que la conclusion !

Publicités

~ par Zegatt sur 13 mars, 2008.

Une Réponse to “Apologie de la Déraison (1)”

  1. Oui !
    Mais ! Critique du premier point, on ne se fourvoiera pas à « affirmer la spéculation comme vraie », celle-ci étant par théorique par essence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :