Apologie de la Déraison (3)

– Lorsqu’une question est posée, il ne s’agit pas d’y répondre. Il faut avant tout la comprendre.

– Celui qui prétend que l’on réfléchit dans l’action, ou bien n’a jamais agit, ou bien ne réfléchit pas.

– Le problème fondamental qui est posé par le retentissant « Dieu est mort », est que, par cette affirmation, si Dieu est bien mort, il n’en a pas pour autant moins vécu.
La créature s’est révoltée, mais aussi loin qu’elle puisse pousser sa lutte acharnée, elle ne pourra se départir de sa condition d’entité engendrée. Le doute est sa condition de vie, et sa réalité est qu’elle n’a pas souhaité sa propre existence. Qui est alors responsable ? Dieu, Darwin ou l’ovulation ne sont que de faux prétextes à l’homme déresponsabilisé.

Publicités

~ par Zegatt sur 15 mai, 2008.

4 Réponses to “Apologie de la Déraison (3)”

  1. j’y vois beaucoup de sagesse dans ces apologies de la déraison =^.^=

  2. Merci pour cette critique supplémentaire qui ne fait que m’encourager à continuer la prise de notes de ces quelques réflexions et aphorismes plus ou moins grinçants !

  3. Si au moins nous avions un dieu, je pourrais me mettre en colère.

  4. Mais, cher Déserts, tu sais bien que la seule excuse de ce dernier est de ne pas exister (dixit Stendhal).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :