Aujourd’hui l’Amérique

 

« Autour de ce brasier dévorant, des combats d’ombres s’agitent un moment, puis disparaissent, et des aveugles, touchant leurs paupières, s’écrient que ceci est l’histoire. »

– Albert Camus, L’homme révolté

 

 

Aujourd’hui l’Amérique

 

 

Le XXe siècle a pris fin cette nuit. Peut-être les historiens empressés qui l’avaient fait s’achever en 1991 ou par une sombre journée de septembre se sont-ils trompés.

Peut-être, car le véritable changement, l’Histoire, vient de s’écrire : Barack Obama est devenu le 44e président des Etats-Unis. Ce qu’il vient d’affirmer en accédant à la Maison Blanche, ce n’est pas le rêve américain. Ce n’est pas la victoire d’un camp politique sur un autre. Ce n’est pas le triomphe à retardement de Malcolm X et de Martin Luther King. C’est bien plus que cela. Ce que vient d’affirmer Obama, c’est que le monde ne stagne pas.

 

A ce stade, Barack Obama n’est plus – s’il l’a jamais été – une affaire politique. Il est un symbole ; celui de cette idée d’espoir ressurgit d’entre les cendres : Oui, nous pouvons.

Les Etats-Unis moralisateurs tombés en disgrâce peuvent à nouveau prétendre à leur rôle de maître d’école. L’orgueil qui s’est épuisé en Afghanistan, les prétentions de l’Irak, les erreurs de la crise économique, tout cela est effacé du tableau noir. Bien sûr, il y aura des attentes à remplir pour oublier, pour tenter de reconstruire ce que sept ans de vengeance aveugle auront défait. Mais l’essentiel est accompli : les yeux du monde, rivés sur le choix de quelques centaines de millions de personnes, ont été récompensés dans leur attente.

Cette nuit, une page de l’Histoire s’est tournée. Peut-être même est-ce un livre que l’on a refermé. Les temps changent. « Dieu est mort » nous a dit Nietzsche, et nous avons cessé d’y croire. Personne ne nous a dit que l’homme était mort, mais certains se sont employés à nous faire douter.

Nous ne doutons plus. L’homme est vivant, toujours aussi capable d’accomplir de grandes choses : nous venons nous aussi de partager le rêve américain, et nous voulons continuer. Ce que l’élection américaine nous a rendu, c’est l’espoir : le progrès est possible. L’immobilisme, le défaitisme viennent de recevoir un coup magistral.

 

Nous ne réclamons pas de preuves : nous croyons. Ce n’est qu’après, et après seulement, que nous nous accorderons un instant pour demander des comptes. Pour l’heure, place aux réjouissances, et souhaitons que cet élan nous conduise vers un véritable renversement, un nouvel équilibre des valeurs.

Bienvenue dans le XXIe siècle.

 

L. T. (4/11/08)

« Ce que nous savons, pour l’avoir vu, c’est que l’Amérique peut changer. C’est le vrai génie de cette nation. Ce que nous avons déjà accompli nous donne de l’espoir, nous donne l’audace d’espérer, pour ce que nous pouvons et devons demain réussir. »

– Barack Obama, De la race en Amérique

Publicités

~ par Zegatt sur 5 novembre, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :