Pages nocturnes (19) – Sade

Contre toute attente, le marquis Donatien Alphonse François de Sade peut être un auteur très fin et suggestif, ignoble dans les faits mais joueur quant à la manière de les conter. C’était le parti-pris pour lequel il avait opté dans Les infortunes de la vertu. Heureux de cette découverte, j’ai poussé plus loin l’infamie pour lire Les cent vingt journées de Sodome.

Et quelle infamie ! Pour le coup, le marquis de Sade nous dresse une fresque sexuelle et macabre à la gloire de Vénus et de ses troubles fantasmés. Les 120 journées est une épopée en quatre actes de 30 jours chacun, relatant dans une apothéose renouvelée plus de 600 vices et sévices sexuels.

440 pages de décadence où les quatre héros, des libertins de la pire espèce, écoutent la narration de passions sexuelles et les mettent en pratique de façon active ou passive. Masturbation, foutre, inceste, scatophilie, meurtre, torture, justification du crime et parjure se succèdent de page en page. Mais Sade a mis en garde son lecteur : il n’est pas là pour le satisfaire à chaque page, il ne désire que lui coûter un peu de foutre à la lecture d’une pratique sexuelle qui l’enjouerait lui aussi.

Sade, c’est un cheminement évolutif : on sourit aux premières pages, on se dégoûte de détails en cours de route, on se surprend de la perversité si développée du Marquis plus loin, on s’inquiète de son obsession pour les matières fécales dont il abuse au fil du texte, on s’écoeure de ses historiettes, on se surprend à apprécier ses raisonnements, on rit de ses détours scabreux, et ce qui pouvait inspirer la répulsion, à force de répétition, devient humoristique.

Voulez-vous du sexe solitaire, hétérosexuel ou homosexuel ; des vices hissés comme apologies ; du sado-masochisme à la pelle ; un livre pour « calmer et sa tête et ses couilles » (dixit le Marquis) ; une lecture sans demi-mesure ? Lisez Sade !

« Beaucoup de tous les écarts que tu vas voir peints te déplairont, on le sait, mais il s’en trouvera quelques-uns qui t’échaufferont au point de te coûter du foutre, et voilà ce qu’il nous faut. »

« Il est fou d’imaginer qu’on doive rien à sa mère. Et sur quoi donc serait fondée la reconnaissance ? Sur ce qu’elle a déchargé quand on la foutait ? Assurément, il y a de quoi ! »

« Chacun fut se coucher et prendre dans les bras de Morphée les forces nécessaires à resacrifier de nouveau à Vénus. »

Publicités

~ par Zegatt sur 14 décembre, 2008.

Une Réponse to “Pages nocturnes (19) – Sade”

  1. J’aimerais bien trouver le courage et le temps de lire ce livre. Ca doit être intéressant. Qu’on aime ou pas, c’est quand même quelque chose !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :