Apologie de la Déraison (7)

– Il existe une différence notable entre l’idéal et l’utopie.
Seule l’utopie assurera sa survie – et même son existence – en allant jusqu’à prendre les armes et à se tâcher de sang sans renâcler.

– Caïn s’est trompé dans son homicide.
Il a tué le frère par mépris envers son créateur. Aurait-il tué Adam, il aurait fait le bonheur de Freud. Son choix se serait porté sur Dieu, c’est Nietzsche qui l’en aurait remercié. Mais plutôt que de remerciements, c’est du remords dont il a finalement hérité.

– Apothéose du matérialisme s’il en est ; le voilà lui aussi soumis à la trinité sacrée : la moralité, l’amoralité et l’immoralité conjointes.

– La réflexion est une course inachevée, une recherche désespérée de réponses. Mais on ne trouve pas les réponses ; on ne fait que formuler les questions.

Publicités

~ par Zegatt sur 9 mars, 2009.

2 Réponses to “Apologie de la Déraison (7)”

  1. Tiens, ça faisait longtemps =^.^=

  2. Ah, il faut bien ! Les méninges, ça s’entretient, tant bien que mal. Et je dois reconnaître que cela fait quelques semaines que je suis un peu trop au ralenti à mon goût.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :