Bucolisme (3)

« Donc je retourne chez moi pour faire de la culbute. On a commencé à grimper de partout quand tout à coup l’officielle rapplique, bras dessus bras dessous avec une nana. “Mon compensatif” qu’elle me sort. Sauf qu’elle avait pas prévu que mon compensatif à moi il était déjà en action depuis un bon quart d’heure. Alors on a fêté ça tous les quatre dans la jouissance et la bonne humeur. Tout ça pour dire que la féminité, j’ai jamais su manier ça avec délicatesse, pas faute d’avoir essayer, mais pas assez rentable à long terme. Moins que la binouse en tout cas. »

Charles a fait résonner un coup sa bouteille à moitié vide avant de l’effleurer avec une pointe de tendresse. Il a refermé son poing dessus et il a assimilé d’une traite le reste de liquide. La bière a atterri sur le bar dans les trois secondes qui avaient suivi son décollage, les passagers en moins.

« Gamin, ce truc-là, c’est pas comme une femme. Ce truc-là, jamais ça te déçoit. Je vais même te dire ; y aurait pas eu la femme, on aurait pas eu besoin de l’inventer. Parole de soulographe ! »

Les trois kilos de sa pogne se sont écrasés sur mon omoplate, manquant de me faire recracher les derniers centilitres ingurgités. Il m’a secoué deux secondes, et en même temps qu’il rabattait son bras, il a envoyé jarreter la bouteille qui s’est fracassée sur le mur du bar. Le tenancier a rappliqué en deux-deux, pas très convaincu par l’agilité de Charly. Il commençait à pousser une gueulante quand Charles a levé les fissures cutanées qui lui faisaient office de main gauche pour s’interposer entre lui et le barman.

« Minute camarade, pourquoi tu t’enflammes ? Regarde, je suis un bon client. T’es un des taverniers les moins dégourdis que j’ai jamais croisé, pourtant ça fait déjà une demi-heure que ton tabouret continue de s’enfoncer entre mes deux fesses, et ça prouve que je t’aime bien. Parce que, tu vois, si la qualité de la mixture que tu nous fourgues là était à l’égal de la rapidité de ton service, ça ferait longtemps que je me serrai barré. Alors pour le coup, tu vas faire ce que tu fais encore le mieux, tu vas nous noyer dans l’oubli, fermer ta gueule, et me resservir une bibine. »

Le barman s’est mis à maugréer en essuyant rageusement le comptoir. Et puis il a filé sa bière à Charles. Le sens des réalités, ou celui des affaires…

Publicités

~ par Zegatt sur 17 mai, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :