En direct du festival (7) – L’atelier d’écriture

Trois archétypes de la littérature qui se rencontrent pour discuter littérature et sexe, voilà qui a de quoi séduire. C’est signé David Lodge, et le texte a de quoi être efficace, drôle, voire même jouissif quand la baise s’immisce dans les discussions sur l’écriture. Ca part dans tous les sens, et pour l’occasion l’ensemble est porté par cinq acteurs au charisme communicatif ; la pièce ne prétend pas au grand art, juste à un bon moment où l’on rit régulièrement.

Et en l’occurrence, ça fonctionne. Un très bon moment de théâtre proche par certains aspects de Feydeau, le côté « Lettres » en plus – qui permet quelques réflexions tout en justesse au passage sur Salinger, Beckett ou d’autres classiques.

En attendant, ce sont des doubles rappelant Paul Auster, Mary Higgins Clark et un nouveau romancier à la veine littéraire insupportable de nombrilisme qui se croisent, face-à-face ou à l’horizontale, pour le bonheur des spectateurs.

Publicités

~ par Zegatt sur 24 juillet, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :