Lévi-Strauss : la fin d’une ère

Il y a une semaine, Claude Lévi-Strauss disparaîsait.

Avec lui, c’est toute une ère qui s’achève. Avant d’être un penseur essentiel, Claude Lévi-Strauss était un symbole.

Dans sa réflexion comme dans sa présence, il appartenait à la succession de ces découvreurs et penseurs du monde qui n’ont plus d’héritier ou tout du moins pas d’héritier à la réflexion aussi ouverte sur le monde et sur l’humanité.

Freud, Jung, Bourdieu pour ne citer qu’eux, voilà notamment dans quelle continuité s’inscrit le travail et la pensée de l’homme.

La disparition de Claude Lévi-Strauss fait l’effet d’une horloge qui s’arrête, et ne reprendra jamais plus.
Le dernier penseur vivant de l’humanité dans son intégralité n’est plus ;  seul l’humain reste encore à notre portée, et cela semble trop peu.

Merci.

Publicités

~ par Zegatt sur 7 novembre, 2009.

Une Réponse to “Lévi-Strauss : la fin d’une ère”

  1. « Avant d’être un penseur essentiel, Claude Lévi-Strauss était un symbole. »
    Hum… C’est plutôt l’inverse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :