L’attrape-coeurs s’est fait rattraper

Jerome David Salinger est mort.

Auteur emblématique s’il en est, la bibliographie du monsieur est pourtant très courte :

L’attrape-cœurs

Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers

Franny et Zooey

Nouvelles

Seymour – une introduction

Et rien de plus ; Salinger a gardé le silence depuis près de 30 ans, ne publiant rien et n’accordant aucune interview.

Parmi les plus marquants de ces textes, « L’attrape-coeurs », bien entendu, tient la première place. Une histoire de désillusion et d’adolescence, comme bon nombre de ce qu’a écrit Salinger.

Parmi les autres grands livres, « Franny et Zooey » a un ton agréable, mais manque de profondeur et de véritable message. Et surtout « Nouvelles » au moins aussi percutant si ce n’est plus que « L’attrape-coeurs ».
Les autres textes sont moins percutants, renforcent le sentiment de prise sur le vif sans la force littéraire des trois premiers.

Et cette désillusion chère à Salinger, nombreux sont ceux qui s’y sont reconnus, au point que l’assassin de John Lennon le portait sur lui au moment de passer à l’acte.
Au point que Salinger s’est vu harcelé par des fans, de jeunes lycéens allant jusqu’à publier illégalement quelques lignes de la main de Salinger qui devaient se contenter d’une publication locale.
Au point que Salinger s’est enfermé dans le silence…

…et le silence vient de rattraper Salinger.
Peut-être, qui sait, ce silence-là ouvrira-t-il la porte à des lignes encore inconnues jusqu’à présent.
Bien que vivant reclus, Salinger n’en a peut-être pas moins continué à écrire…? Affaire à suivre.

Au revoir l’artiste.

« L’adieu, je veux bien qu’il soit triste ou pas réussi mais au moins je veux savoir que je m’en vais. »
– L’attrape-coeurs

« Le seul souci d’un artiste doit être de tendre à la perfection selon l’idée qu’il s’en fait lui-même, et non pas selon l’idée que s’en font les autres. »
– Franny et Zooey

« L’évidence apparaît toujours trop tard, mais la plus singulière différence entre le bonheur et la joie, c’est que le bonheur est un solide, alors que la joie est un liquide. »
– Nouvelles

« Aucune page de confession n’a jamais été écrite qui ne laissât pas passer un peu de la fierté de l’écrivain d’avoir abandonné sa fierté. »
– Seymour, une introduction

Bonne lecture, et bonne découverte

Publicités

~ par Zegatt sur 29 janvier, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :