Hélène Grimaud serait-elle agoraphobe ?

Eté 2009 ; Hélène Grimaud doit donner une représentation dans le théâtre antique d’Orange. Souffrante, elle est remplacée. Premier rendez-vous manqué.

Mai 2010 ; en voyage à l’étranger, je rate Hélène Grimaud salle Pleyel… mais celle-ci annonce son absence à peine dix jours avant le concert.

22 octobre 2010 ; au théâtre des Champs Elysées, Hélène Grimaud doit donner le second concerto pour piano de Rachmaninov. Sous prétexte d’une blessure au poignet, elle annule à quelques heures de la prestation. Troisième rendez-vous manqué.

Hélène Grimaud serait-elle agoraphobe ? Absente de toutes ses prestations françaises depuis deux ans, la question paraît légitime…

En attendant, la dextérité de Vladimir Ashkenazy à la direction et Nikolaï Lugansky en remplacement au piano, le tout accompagné du Philarmonia Orchestra ont fait vibrer la salle. L’acoustique probablement aussi bonne qu’à la salle Pleyel a embarqué les notes de Sergeï Rachmaninov. Et encore une fois, la composition du Russe a démontré sa majesté. En grand admirateur de Beethoven, je retrouve la puissance de celui-ci chez Rachmaninov avec une finesse en plus qui remplace le drame inhérent au compositeur allemand pour le tourner dans une forme de mélancolie contemplative et transcendante.

Ce concerto atteint probablement les plus grands sommets atteignables par le classique, et plus encore lorsqu’il est porté de main de maître, dans le dépouillement qu’il mérite. Et à ce titre, Lugansky a fait des merveilles, bien plus que Simon Trpceski qui remplaçait Grimaud à Orange, lui aussi pour le second concerto de Rachmaninov.

Et puis, il y avait cet épisode inconnu pour ma part des compositions de Rachmaninov, les Danses Symphoniques. Merveille également, où domine cette finesse des accords, cette brutalité des emportements de l’orchestre toute en maîtrise et en explosions sonores poignantes.

Rachmaninov est grand, et cette seule affirmation, prouvée une fois de plus, aura suffit à faire de cette soirée une merveille. Quant à Grimaud, l’accumulation de ses absences ne pourra que faire douter de son génie d’interprétation – car pour avoir du génie, il faut l’exercer…

Publicités

~ par Zegatt sur 23 octobre, 2010.

2 Réponses to “Hélène Grimaud serait-elle agoraphobe ?”

  1. Hélène n’est certainement pas agoraphobe. Seulement elle donne plus de cent concerts par an. Un pianiste est comme un athlète de haut niveau, et il est nécessaire d’être en forme. C’est dommage que vous pensez que sa blessure est un prétexte. Elle est au contraire quelqu’un de très très généreux avec son public. Quand elle est contrainte d’annuler un récital, je suis sûre que c’est la mort dans l’âme. Et puis, ça fait partie des aléas de la vie d’une concertiste et aussi de celle des mélomanes. Je lui envoie plein de pensées amicales et de bonnes ondes et j’espère qu’elle ne souffre pas trop.
    Rebecca (Belgique)

    • Je ne dis pas que la blessure est un prétexte, mais je me pose forcément des questions puisque chaque concert où j’ai tenté de la voir depuis près de deux ans a été annulé… Cela dit, je ne doute pas de son talent – j’aimerais du moins le voir en action !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :