Apologie de la Déraison (22)

– Mentionner un autre auteur dans son propre travail d’écriture, ce n’est pas le ressusciter ou prétendre le comprendre. C’est le trahir à dessein. Sans quoi il n’y aurait pas littérature, mais copie.

– Dieu est mort, et nous demeurons dans l’ombre de son cadavre.

– Notre époque finit par n’être qu’une immense pitrerie, et les rues du pays, une incessante représentation des Précieuses ridicules où chacun se déguise selon ce qu’il pense être ou tente d’être, pâle et infâme copie de son voisin. La similitude grotesque devient la règle, et chacun en se croyant être lui ne fait qu’être l’autre.
Je est un autre.

– Placer un mot au moment où il faut, là où il faut, ne fait en réalité que le vider de son sens. La littérature, dans sa majesté, consiste à transgresser la règle, à aller par-delà ce qui est attendu pour créer la surprise, à détruire les conventions.

Publicités

~ par Zegatt sur 16 décembre, 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :