Une prise en passant (156)

P1090051

Paris, France, 22 juin 2011

 

Cabu, je ne t’oublie pas.

Merci pour ton boulot, merci pour ton trait de crayon, merci pour ta niaque et merci pour ta simplicité.

Cabu, croisé un jour le temps d’une rencontre aux côtés d’un autre géant, Plantu. Le temps de quelques sentiments croisés, des anecdotes de travail, des questions sur la limite entre journalisme et art, entre caricature et information…

Toi, Cabu, tu savais les franchir les limites. A répétition. Et à raison, bien sûr. T’étais un grand, un comme on en fait peu. Merci Cabu.

Publicités

~ par Zegatt sur 7 janvier, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :